PDFMonkey automatise la génération de documents PDF.
Gérez vos modèles.
Insérez des données dynamiques.
Appelez une API simple.
1000 PDF gratuits par mois.

www.pdfmonkey.io

Et si le·a prochain·ne champion·ne de la terre c’était vous ?

Vous en avez assez des informations déprimantes sur l’état de la planète ? Cela tombe bien : chaque année, depuis 2005, le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) octroie, à l’échelle mondiale, le prix Champions de la Terre. L’occasion de faire connaître des « contributions remarquables pour la protection et la restauration de l’environnement »1, qu’elles soient le fait de gouvernements, de membres de la société civile ou bien du secteur privé. L’autre bonne nouvelle ? Vous pouvez proposer vos propres candidat·e·s jusqu’au 20 mars !

« À une époque où l’humanité continue de détruire l’environnement, nous rendons hommage aux individus, aux communautés, aux entreprises et aux gouvernements qui font un effort supplémentaire pour protéger la Terre”, a déclaré Inger Andersen, la directrice exécutive du PNUE. Les quatre catégories prises en compte par le prix Champions de la Terre sont les suivantes : « Leadership en matière de politiques », « Inspiration et action », « Vision entrepreneuriale » et « Science et innovation ». Quant aux critères de sélection, ils sont au nombre de trois : « Impact », « Nouveauté » et « Force de l’histoire ». Pour chaque proposition, il s’agit ainsi d’évaluer ses bienfaits pour l’environnement, présents et potentiels (notamment en envisageant sa réplique à plus grande échelle), son degré d’innovation et son potentiel à inspirer et convaincre.

Par exemple, en 2019, le PNUE a remis son prix « Science et innovation » à la climatologue canadienne Katharine Hayhoe pour ses travaux visant à quantifier les effets du changement climatique, ainsi que pour ses efforts de divulgation au grand public, à travers des conférences, interviews, podcasts, radios, livres, etc. Selon ses propres mots : « Ce qui compte le plus pour moi, personnellement, c’est lorsqu’une personne me dit, sincèrement, qu’elle ne s’était jamais souciée du changement climatique auparavant, ou même n’avait jamais pensé que cela fût réel. Mais que maintenant, à cause de quelque chose qu’elle m’a entendue dire, elle a changé d’avis. C’est ce qui fait que mes efforts valent la peine. »

Le prix « Inspiration et action » est revenu à « Ant Forest », un programme de reforestation, visant à lutter contre la désertification, réduire la pollution atmosphérique et protéger l’environnement. Lancé par Ant Financial Services Group, une filiale d’Alibaba, Ant Forest encourage ses utilisateur·rices à enregistrer en ligne leurs émissions de carbone dans leur vie quotidienne et à les réduire. Lorsqu’il·elles le font (en prenant les transports en commun ou en utilisant les services en ligne de paiement des factures de service public, par exemple), Ant Forest les récompense avec des points « énergie verte ». Lorsque le nombre de points accumulés est suffisant, un arbre réel est planté. Le programme donne également aux utilisateur·rices la possibilité de visualiser leurs arbres en temps réel, via satellite. Depuis son lancement en 2016, le programme Ant Forest et les ONG associées ont ainsi planté 122 millions d’arbres, dans des régions qui comptent parmi les plus arides de Chine, couvrant une superficie de 112 milles hectares.

Le Costa Rica a, quant à lui, remporté le prix « Leadership en matière de politiques », grâce à son Plan de Décarbonisation de son économie à l’horizon 2050, conforme à l’Accord de Paris sur le Climat et aux Objectifs de Développement durable de l’ONU. « Le plan de décarbonisation consiste à maintenir une courbe à la hausse en termes de croissance économique de l’emploi et, en même temps, à générer une courbe à la baisse dans l’utilisation des énergies fossiles pour stopper la pollution. Comment allons-nous y parvenir ? Grâce à des transports publics propres, des villes intelligentes et résilientes, une gestion rationnelle des déchets, une agriculture durable et une logistique améliorée », a déclaré le président Carlos Alvarado Quesada. L’objectif à atteindre : ne pas produire plus d’émissions que ce que le pays est capable de compenser, notamment par le maintien et l’expansion des forêts.

Enfin, le prix « Vision entrepreneuriale » est revenu à la marque de vêtements Patagonia. Ce qui la différencie d’autres marques ? Près de 70% de ses produits sont fabriqués à partir de matériaux recyclés, notamment de bouteilles en plastique. Son objectif est d’utiliser des matériaux 100% renouvelables ou recyclés d’ici 2025. L’entreprise utilise également du chanvre et du coton, issus de l’agriculture biologique. La marque dispose, par ailleurs, d’un programme « Vêtements usés » afin d’encourager ses clients à réparer et recycler leurs articles, tranchant ainsi avec la « fast fashion », qui prône une consommation et un gaspillage débridés.

Et vous, vous connaissez des personnes ou des initiatives qui mériteraient le prix Champions de la Terre ? Rien de plus facile : proposez leur candidature.

Et si vous pensez que non, décidément, vous êtes encore un peu loin de la catégorie Nations Unies, pourquoi ne pas réaliser votre propre prix Champion de la Terre, au sein de votre entreprise, de votre lycée ou de votre famille ? À votre échelle, motivez symboliquement la personne ou le groupe qui aura réalisé le plus d’actions en faveur de l’environnement, dans un temps donné : usage des transports en commun, recyclage, réduction des impressions, compost, réutilisation des matériaux, trocs, etc. Semez des champion·nes !

Tags : Climat, Écologie, Opinion, Développement Durable